Contenu

Village-Jardin de Yèvre-le-Châtel

Yèvre-le-Châtel
France
Dans le Loiret, le Pithiverais sert d'écrin au village de Yèvre-le-Châtel. Simple, authentique et charmant, 100 000 visiteurs viennent chaque année déambuler entre les ruines d'un château médiéval, les venelles fleuries et les œuvres d'art contemporain.

Dans le Loiret, le Pithiverais sert d'écrin au village de Yèvre-le-Châtel. Simple, authentique et charmant, 100 000 visiteurs viennent chaque année déambuler entre les ruines d'un château médiéval, les venelles fleuries et les œuvres d'art contemporain.

Aux confins de la Beauce et du Gâtinais, Yèvre-le-Châtel (commune associée à Yèvre-la-Ville) est situé sur un éperon rocheux dominant la vallée de la Rimarde. Seul village du Loiret à être classé parmi « Les plus beaux villages de France », cette distinction obtenue en 2002 vient consacrer une politique de restauration et de mise en valeur conduite sur une vingtaine d’années.

Alliant patrimoine médiéval, végétalisation et art contemporain, Yèvre-le-Châtel est un lieu de promenade très prisé qui peut s’enorgueillir de dix siècles d’histoire. Importante place forte stratégique, le château actuel est édifié sur ordre de Philippe Auguste au retour de la Troisième croisade, vers 1200. Il est construit sur un monticule de 6 mètres de haut, en forme de losange d’une trentaine de mètres de côté, cantonné par quatre tours imposantes. Le sommet des tours et le chemin de ronde offrent un magnifique panorama sur la Beauce, le Gâtinais et les lisières de la forêt d’Orléans. Un castelet d’entrée, composé de deux tours, ainsi qu’une poterne dans le rempart, donnent accès à la basse-cour du château dont une partie subsiste toujours. À la suite d’études conduites par l’ACMH Jacques Moulin, d’importantes restaurations ont lieu entre 1999 et 2003 sur le bâti classé MH en 1862 (Prix « Sites & Monuments » pour la restauration de la forteresse médiévale en 2004). Ce monument est l’un des sites les mieux conservés de l’implantation royale au début du 13ème siècle dans l’Orléanais. Il sert d’écrin aux douze carrés médiévaux plantés de 150 aromatiques, médicinales et tinctoriales aménagés par une équipe de bénévoles en hommage aux jardins du Moyen-Âge. La cour accueille également une treille palissée avec d’anciens cépages locaux.
De l’art roman à l’art contemporain, la forteresse sert aujourd’hui de cadre à des expositions et manifestations culturelles. En effet, Yèvre-le-Châtel a inspiré de nombreux artistes séduits par son charme et celui de ses ruelles ombragées et fleuries. Parmi les figures majeures qui y ont séjourné ou s’y sont installés se trouvent Maria Helena Vieira da Silva, Pierre Dmitrienko, Eduardo Luiz, Henrique Silva, Ursula Zangger, Dimas Macedo. Si des expositions sont organisées chaque été dans le village, des créations présentées in situ s’offrent aux regards dans une église, une galerie d’art, ou au hasard des rues : peintures, sculptures, mais aussi grilles, cadran solaire, portail, monuments funéraires, etc.

Lieu de promenade prisé associant la force de ses remparts et de son château au charme des demeures construites en calcaire du Pays, les venelles du village sont fleuries par des arbustes à fleurs ou à feuillage persistant, de nombreux rosiers et des plantes vivaces grâce aux habitants et à l’Association locale des compagnons de la Châtellenie. Bénéficiant de l’aura d’André Eve dont la proximité géographique a facilité les échanges, les pieds des murs et les façades sont habillés depuis plus de 40 ans d’environ 400 rosiers grimpants, buissons et arbustes. Une gourde pélerine complète la visite de Yèvre-le-Châtel : les arceaux recouverts de végétation et de cucurbitacées sont un clin d’œil aux chemins de Saint-Jacques de Compostelle dont l’une des routes passe par le village.
Unique en France, une roseraie-conservatoire Marcel Robichon consacrées aux obtentions du rosiériste entre 1927 et 1968 rend hommage au prédécesseur d’André Eve. Une quarantaine de ses créations s’épanouit depuis 2019 sous la forme d’une guirlande fleurie dans une parcelle à proximité du centre. Le village intègre « La route de la rose du Loiret » en 2019 et est labellisé « Quatre fleurs » en 2020.
Cette commune rurale de 218 habitants abrite des exploitants agricoles et des apiculteurs. Une amanderaie, labellisé « Site remarquable du goût » en 2019 est visible dans le village. Clin d’œil à la spécialité culinaire du Pithiviers, ces arbres offrent une jolie floraison à la fin de l’hiver.

Parallèlement à la restauration de son patrimoine et à la mise en valeur du cadre de vie des habitants, la commune s’est investie dans la préservation de son environnement. La petite église romane Saint-Gault, en contrebas de la cour du château accueille chaque saison expositions et concerts. Un peu plus loin, les vestiges romantiques de l’église Saint-Lubin, inachevée et classée MH dès 1886, ont fait l’admiration de Victor Hugo lors de son passage au village en 1834 : « J’ai passé hier une admirable journée à Pithiviers et aux environs. Yèvre-le-Châtel qui est à deux lieux et où je suis allé à pied avec mes souliers percés, contient à lui seul un couvent et un château, ruinés, mais complets. C’est magnifique. »

Le charme de Yèvre-le-Châtel tient à sa simplicité et son authenticité : 100 000 visiteurs s’y rendent chaque année.

  • Monument Historique

Informations Pratiques

Superficie

Commune : 694 ha
Jardin médiéval : 1 ha

Horaires

Roseraie, amanderaie et tunnel de gourdes pélerines : Visite libre toute l'année
Forteresse présentant les carrés médiévaux : Ouverture du 1er avril au 1er novembre, tous les jours, de 14h à 18h / Sur RDV toute l'année pour les groupes

Tarifs

Entrée libre dans le village
Entrée payante pour la forteresse et les carrés médiévaux : 6 € pour un adulte - 3 € pour un moins de 15 ans

Adresse

Place du Bourg
45300 Yèvre-le-Châtel
France

Téléphone

02 38 34 27 07

Email

adistefano@orange.fr

Météo du jour

°C

Les Plus

Jardin et artistes

Contactez ce jardin

Image CAPTCHA