Contenu

Escapade dans le Berry - juin 2015

Les jardins visités reflètent l’âme et la passion de leurs créateurs, surprennent par leur diversité et leur imaginaire. De ces jardins du fond du Berry, tous classés Jardin remarquable, nous gardons un excellent souvenir.

Escapade dans le Berry
Les jeudi 25 et vendredi 26 juin 2015

© APJRC / Michèle QUENTIN - photos : JCR et APJRC
diaporama de photos sur notre bulletin page 24

JOUR 1 :
Parc Floral d'Apremont-sur-Allier
Au coeur du village pittoresque sur les rives de l’Allier, Apremont estclassé parmi les plus beaux villages de France. En 1970, Gilles de Brissac crée un parc. D’importants travaux sont effectués pour réaliser, sur quatre hectares, un jardin avec étangs, cascade, pelouses, massifs d’arbres, d’arbustes et de fleurs.
Ce jardin contemporain est agrémenté de «fabriques» dans l’esprit de la seconde moitié du XVIIIème siècle : le pont de la pagode avec son toit en écailles, le pavillon turc, ou encore le belvédère qui surplombe le rivière et les toits du village.
Le groupe APJRC a aimé : l’entretien du jardin, de jolies associations de vivaces et de graminées, le gazon anglais, la promenade sous les arbres.
Le groupe APJRC a moins aimé : contrastant avec la qualité de l’entretien général, quelques petites fausses notes : vue sur le parking et clôture en haut du jardin qui déprécient le raffinement des lieux.

Après la visite du parc floral d’Apremont-sur-Allier, nous partons dans le sud du Berry pour porter un regard sur l’histoire, les traditions, la culture et les savoir-faire de ce territoire à la nature préservée.

Jardins de Drulon
L’ample exploitation agricole (quelques centaines d’hectares de bois, étangs, prairies et champs) a permis aux propriétaires d’imaginer des jardins associés à l’installation d’oeuvres artistiques. Six jardins d’ambiance variée et une exposition d’art contemporain animent ce vaste espace naturel qui se transforme au fil de la promenade en jardin sauvage autour du grand étang. Les chambres de verdure composent un musée en plein air et les collections florales abondent : pivoines, hémérocalles, lis et rosiers, effleurées par de nombreuses graminées. Un parcours entre nature et culture mené par le propriétaire, Piet Hendriks.
Le groupe APJRC a aimé : les jardins de Bacchus et de Paeon, les chambres de verdure, notamment celle composée des 9 Chitalpa tashkentensis en fleurs entourant la clairière ronde.
Le groupe APJRC a moins aimé : la surabondance du jardin floral qui perd de sa lisibilité, une sensibilité mitigée au regard des oeuvres d’art exposées.

Les Rosiers du Berry
Visite de la pépinière de Marie-Thérèse et Jean-François Sarraud, plus de 400 roses anciennes et modernes, rares pour certaines.


JOUR 2 :
Jardins d’Ainay-le-Vieil
Un parc paysager entoure l’imposant château, l’une des forteresses féodales du XIVème siècle les mieux conservées du Centre de la France. Dans ce lieu unique, l’eau est omniprésente ; elle a perdu son rôle défensif et joue dorénavant un rôle d’agrément, donnant ainsi un fil directeur à la structure des jardins : la roseraie de roses anciennes face aux deux pavillons du XVIIème siècle, le jardin des Poètes, le Carré de l’île agrémenté d’une nouvelle promenade et d’une fabrique, les Chartreuses ayant dans chaque enclos un jardin à thème. Passant d’un jardin à l’autre, le visiteur passe d’une époque à une autre.
Le groupe APJRC a aimé : l’ambiance générale et le raffinement du jardin, le charme des canaux, les chartreuses et le bon entretien général.
Le groupe APJRC a moins aimé : la difficulté du stationnement extérieur.

Jardins du prieuré Notre-Dame d’Orsan
Fondé en 1107 par Robert d’Arbrissel, créateur de l’abbaye de Fontevraud, le prieuré d’Orsan abrite au coeur de ses bâtiments, monuments historiques du Berry, des jardins d’inspiration monastique médiévale, dans une structure où le bois est largement utilisé, en palissades, clôtures, gloriettes ... Orsan a retrouvé ses jardins clos où le palissage des plants établi à partir d’enluminures a permis de recréer un espace où l’utilitaire et la symbolique se mêlent intimement. Ici le jardinier maîtrise tout : la plantation, la taille, le gazon (incroyable ! on ose à peine marcher...), l’arrosage, la tonte, le ratissage, les techniques d’entretien et de palissage ...
Le groupe APJRC a aimé : la qualité de la visite avec le jardinier en chef, Gilles Guyot, sa connaissance historique et philosophique des jardins médiévaux.
Le groupe APJRC a moins aimé : l’absence de mise en scène du potager, trop minéral et où l’on ne retrouve pas l’ambiance du jardin ; l’utilisation surabondante d’eau et de produits chimiques pour le gazon.

Abbaye de Noirlac
Nous terminons notre escapade par une visite guidée de l’Abbaye de Noirlac, dont les principaux bâtiments s’organisent autour du cloître à quatre galeries. Le privilège d’une visite personnalisée pour découvrir l’une des plus belles abbayes cisterciennes d’Europe, située à Bruère-Allichamps, près de Saint-Amand-Montrond, sur le chemin du retour pour la plupart d’entre-nous…

Nous remerçions vivement Laure de Lacotte qui a si agréablement contribué à la bonne organisation de cette escapade et nous a proposé un excellent déjeuner dans sa propriété.