Contenu

2020 ANNEE INÉDITE

En mai 2010, l’APJRC envoyait à ses adhérents un bulletin commémorant les 20 ans de l’association Cette année, nous fêtons les 30 ans, dans une période inattendue qui bouleverse tous nos projets et annule de nombreuses manifestations prévues dans les jardins durant la saison 2020. Quelle a été l’évolution des missions de notre association ces dix dernières années, que nous est-il arrivé cette année et quels seront nos projets d’avenir ?

Le premier cas de Covid-19 a été détecté à Wuhan le 1er décembre 2019. Le virus se propage rapidement sur tout le territoire chinois durant les deux mois suivants. Dans les premiers jours de janvier l'OMS finit par être alertée sur le virus, des cas apparaissent dans d’autres parties du monde et le virus se propage vers l’Europe. Le 9 février, onze cas sont répertoriés en France, en Haute-Savoie ; le 17 février, un rassemblement évangélique de 2500 personnes venues de toute la France à Mulhouse, en Alsace, sera le point de départ du grand foyer de contamination dans l’est de la France. Le 13 mars, l’OMS déclare que désormais « l'Europe est à l'épicentre de la pandémie », les frontières commencent à se fermer et de grandes mesures sanitaires commencent à se mettre en place.

L'épidémie passe au stade 3. Le Premier ministre Edouard Philippe   annonce à compter du 14 mars à minuit et jusqu'à nouvel ordre, la fermeture de tous les lieux publics, « non-indispensables ». Les exceptions sont les pharmacies, les banques, les magasins alimentaires, les stations-service, les bureaux de tabac et les bureaux de presse. Les Français sont invités à limiter leurs déplacements.

À partir du 17 mars à 12h, l’état d‘urgence sanitaire est déclaré et la population est confinée à domicile. Les frontières de l’espace Schengen sont fermées et les voyages entre pays non européens et l’Union européenne sont suspendus. Tous les déplacements doivent être réduits au strict nécessaire. Ecoles, collèges et lycées se ferment, au niveau scolaire, des cours en ligne sont organisés. Les entreprises doivent s'organiser pour faciliter le travail à distance, le chômage partiel est mis en place, les réunions familiales ou amicales ne sont plus permises, les parcs et jardins ne sont pas ouverts à la visite

Chaque soir, un bilan du confinement est adressé aux français
Le 13 avril, le président Emmanuel Macron annonce que le confinement pourrait être levé le 11 mai, au moins partiellement. Le 28 avril, le Premier ministre présente à l'Assemblée nationale les conditions de déconfinement, notamment la rentrée scolaire échelonnée, la non reprise des cours en présentiel dans l'enseignement supérieur, le maintien de la fermeture des bars, cafés et restaurants et l'interdiction des rassemblements. La sortie de confinement se fera de façon différenciée par départements en fonction du niveau d'infection atteint par chacun d'eux, les parcs et jardins peuvent rouvrir en zone verte (voir cartes pages suivantes)

Les mesures emblématiques du déconfinement, effectif le 11 mai, sont la suppression de l'autorisation de sortie, l'obligation du port du masque dans les transports, la reprise du travail dans les commerces, à l'exception des restaurants, la rentrée très progressive des écoles et la limitation des déplacements à plus de 100 kilomètres de son domicile.

Le communiqué de presse envoyé par l’APJRC pour la réouverture des premiers jardins en région Centre-Val de Loire, avec leurs modalités d’ouverture, comportait une visualisation de chaque site dans un rayon de 100kms.

A partir du jeudi 30 avril, les Français découvrent la nouvelle manière dont le gouvernement présente l'évolution de l'épidémie de Covid-19 sur le territoire. Un code couleur- rouge, orange ou vert – indique dans chaque département la circulation du coronavirus et les tensions sur les capacités en réanimation.

Les dans le graphique, ne laisser que les  cartes du 4 et du 7 mai garder  le texte suivant pour la carte du lundi 4 mai 2020

La situation évolue progressivement en France depuis l’instauration du bilan « météo covid », 10 nouveaux départements sont passés au vert tandis qu’aucun nouveau cas de « zone rouge » n’est apparu.

Le lundi 4 mai au soir, on note 46 départements verts, 18 départements oranges (dont ceux de la région Centre-Val de Loire) et toujours 32 départements rouges.

L’équipe de l’APJRC a continué quotidiennement ses missions en télé travail

Notre activité s’est développée par le biais des réseaux sociaux. Nous avons créé plusieurs rubriques en home page de notre site internet, que nous alimentions au jour le jour :

  • Annulations et reports : les internautes et les adhérents pouvent trouver toutes les informations concernant les manifestations et les fêtes des plantes reportées
  • Les initiatives prises par certains jardins durant le confinement avec liens sur leur site ou page Facebook
  • Rubrique que faire avec les enfants
  • Chroniques : une rubrique qui donne des conseils et reste à l’écoute de nos jardins

Dès le confinement, l’APJRC a réfléchi au déconfinement et a suivi jour après jour l’évolution des mesures sanitaires et les propositions gouvernementales. Nous avons mis en place une charte sanitaire de réouverture des jardins qui a servi de modèle à l’élaboration de la charte nationale proposée aux Régions par le CPJF.

L’APJRC est restée à l’écoute de ses adhérents par la transmission des informations officielles et de l’aide à la reprise.

Parallèlement, l’APJRC s’est rapprochée de ses partenaires culturels et touristiques afin de travailler avec eux pour une bonne réouverture des parcs et jardins. La Région se mobilise fortement pour notre filière et les services de la DRAC sont à nos côtés. La mobilisation de tous les acteurs culturels et touristiques sur notre territoire est un atout que nous avons pu apprécier lors de la mise en réseau auprès des médias des informations concernant la réouverture des parcs et jardins.

Un important plan de relance touristique est porté par la Région

Les administrateurs présents, propriétaires et gestionnaires de parcs et jardins ouverts à la visite, font part de la très grande réactivité de la Région et des Départements, notamment pour l’obtention de fournitures nécessaires aux consignes sanitaires à mettre en place, ainsi qu’aux soutiens logistiques.

Le département d’Indre-et-Loire a fait l’achat de 35 000 entrées, réparties dans les sites touristiques. Le département du Loiret a soutenu la filière horticole en pré-achetant des végétaux pour un montant de 500 000 €, redistribués en bon d’achat pour les sites adhérant à la « Route de la Rose », ce qui correspond à 7 800€ pour chaque jardin.

La Ville d’Orléans a également soutenu la filière horticole en fleurissement pour la ville pour un montant de 100 000 € ; les abords de l’hôpital ont été largement fleuris.

Ainsi, le 11 mai, vingt-trois parcs et jardins adhérents de l’APJRC accueillent les visiteurs en région Centre-Val de Loire. Tous ont adopté les consignes sanitaires et adapté la visite de leur jardin.

Sur la page d’accueil de son site internet, L’APJRC propose aux internautes la liste des jardins accessibles et leurs modalités actuelles d’ouverture, en réactualisant quotidiennement les pages. Une carte indique les jardins ouverts et leur rayon de 100 kms en rappelant que les visiteurs peuvent circuler dans tout leur département, et dans un rayon de 100 kms pour accéder aux départements voisins.

https://www.jardins-de-france.com/sites/default/files/public/apjrc_bonnes_pratiques_0.pdf

Dans les semaines qui suivent le déconfinement, la majorité de nos jardins vont réouvrir à la visite, avec, pour certains, des modalités économiques compliquées et des flux de visiteurs à gérer…  Les visiteurs étrangers sont absents, heureusement de nombreux nouveaux visiteurs français redécouvrent les parcs et jardins de notre région. Une analyse plus fine sera réalisée après la saison, en espérant que beaucoup de nos adhérents auront réussi à stabiliser leurs pertes.

Au cours de cette période compliquée, la filière jardin peut se féliciter de « l’esprit de corps » qui a animé tous les acteurs patrimoniaux et touristiques, grâce auquel nous avons pu coordonner nos actions et avancer positivement. Le partage des connaissances et les retours d’expérience permettent encore aujourd’hui de « garder le cap » face à cette situation inédite.